Accepter ce que nous sommes

Retrouver le sauvage en soi est un processus qui part de l’acceptation d’un fait : nous sommes des animaux. Objectivement. Avec leurs spécificités, comme chaque espèce a les siennes, mais des animaux tout de même. Cette acceptation devrait être évidente mais ne l’est pas. En ce sens, le langage est révélateur. Quand on parle des animaux, En savoir plus surAccepter ce que nous sommes[…]

Prendre le temps de l’observation

C’est décidé, vous voulez accepter, accueillir, voire favoriser le sauvage dans votre environnement, qu’il s’agisse des trottoirs de votre rue, de votre jardin, d’un terrain abandonné, ou encore d’une friche industrielle. Pour différentes raisons (écologiques, économiques, esthétiques, philosophiques), vous voilà prêt-e pour l’aventure ! Alors par où commencer ? Semer une prairie fleurie ? Éclater le bitume à En savoir plus surPrendre le temps de l’observation[…]

Introduction au jardin sauvage

Lorsqu’on s’intéresse à la conception de jardins, il n’est pas rare d’entendre que les bordures font les allées, et que les allées font les jardins. Autrement dit, délimitez vos espaces de circulation et le reste suivra, vous saurez où planter selon un schéma ordonné. Car l’idée de jardin est culturellement liée à celle d’ordre. Tout En savoir plus surIntroduction au jardin sauvage[…]

Se reconnecter à son territoire

Tant de gens aujourd’hui disent aimer la nature. Mais combien sont-ils à connaître la nature autour d’eux ? Voilà l’un des paradoxes de l’écologisme moderne : se concentrer si fort sur le global, une idée abstraite du monde, qu’on en oublie le local. Loin de moi l’idée d’affirmer qu’il faudrait moins s’intéresser au global. Je En savoir plus surSe reconnecter à son territoire[…]